Guillaume Duquennoy

ET PENDANT CE TEMPS LÀ …

Publié le Mis à jour le

Difficile de tout voir quand les (superbes) matches s’enchaînent aux quatre coins du club. Pendant les demi-finales, il y a avait notamment un combat acharné entre Jean-Jacques Pineau et Guillaume Duquennoy. Le joueur de Louvigny a mené 2 jeux à 0, mais Pineau n’est pas du genre à rendre les armes facilement et il est ensuite remonté à 2-2. S’en est suivi un 5ème de jeu de folie, ou JJP s’est offert 3 balles de match à 10-7, toutes sauvées par Duquennoy. Les deux joueurs ont ensuite eu tour à tour plusieurs occasions de conclure, et c’est finalement Duquennoy qui s’impose 17-15 … Une victoire importante pour lui, et le dernier match de sa saison l’opposera à son pote Nicolas Cardin dans la finale du plateau 9-16.

IMG_3178

Crédit photo : Paul Orlovic

Publicités

DEUXIÈME TOUR, C’EST PARTI

Publié le Mis à jour le

Voici les affiches du deuxième tour, qui va bientôt démarrer. C’est Johan Bouquet qui ouvre le bal, contre Jérôme Rideau. Le joueur de Montigny vient à peine de battre Alies Lahouel en 5 jeux (le match le plus disputé du premier tour) et il enchaîne contre le n°7 français …

badnetDiCEXQ-page-0

Comme annoncé, le choc des 1/8ème opposera Quint Mandil à Guillaume Duquennoy, respectivement n°22 et 35 français. A suivre également, Rohan Mandil vs Sohail Khan, Jean-Jacques Pineau vs Josué Tresse, et Camille Serme vs Nicolas Cardin.

Desktop

Crédit photo : Paul Orlovic

Le premier tour est quasiment terminé chez les femmes, résultats à venir.

PRÉSENTATION DU WHITE OPEN 2016

Publié le Mis à jour le

Même si le double tenant du titre Lucas Serme ne défendra pas sa couronne ce weekend, et si le plateau est légèrement moins relevé cette année, le White Open reste le seul tournoi en France capable d’attirer une petite dizaine de premières séries sans bénéficier de l’appellation « tournoi national. » Demi-finaliste en 2014 et finaliste en 2015, Johan Bouquet visera un premier titre. Son principal adversaire sera Vincent Droesbeke, l’une des valeurs montantes du squash hexagonal. Sans oublier la n°1 française Camille Serme, grande attraction de cette édition, le jeune Lucas Rousselet ou encore les anciens vainqueurs Jérôme Sérusier et Quint Mandil. À J-2, tour d’horizon des forces à présence.

Article de Jérôme Elhaïk

Photo Présentation White Open 2016 1

Crédit photo : Nicolas Barbeau

Pour les joueurs, la saison a été longue et la concurrence parmi les traditionnels tournois dits de « fin de saison » est rude. Avec notamment les opens nationaux de Valenciennes et Marseille le weekend dernier, où encore l’Île-Rousse toute la semaine. Mais malgré l’absence de Lucas Serme (qui a une excuse valable, puisqu’il prépare son mariage …), le White Open confirme sa position de rendez-vous désormais incontournable, puisque huit joueurs du top 30 français fouleront les courts du Club Oxygène ce weekend. Sans oublier évidemment l’attraction de cette édition 2016, la n°1 française Camille Serme. Le règlement autorise depuis deux ans les meilleures joueuses françaises à se frotter à leurs homologues masculins dans les tournois régionaux. La Cristolienne avait fait parler d’elle en remportant l’Open de Saint-Cloud en septembre 2014, avec notamment des victoires sur Jérôme Sérusier et Lucas Vauzelle. Elle a depuis disputé d’autres tournois, et joue régulièrement avec Créteil en critérium Île-de-France lorsque son calendrier le lui permet. « C’est un très bon exercice de jouer contre des hommes, disait-elle après sa victoire à Royan il y a un an. Ils sont plus physiques et plus rusés dans leur jeu. Ils essaient toujours de nous faire déjouer, et ça nous force à nous dépasser. » La 6ème joueuse mondiale vient tout juste de reprendre l’entraînement après une brève coupure estivale. Le White Open sera donc une étape intéressante dans sa préparation, qui la mènera à son premier objectif de 2016-2017, l’open de Hong-Kong fin août.

Photo Présentation White Open 2016 2

Crédit photo : Facebook Les Bleues au Canada

Pour avoir l’opportunité d’affronter les deux favoris de la compétition (voir ci-dessous), elle devra néanmoins se hisser jusqu’en demi-finales. Si elle parvient à faire respecter la hiérarchie dans les tours précédents, elle pourrait être opposée à son camarade d’entraînement au pôle France, Lucas Rousselet, dans un quart de finale explosif. Lucas (qui vient d’avoir 19 ans et s’apprête à s’envoler pour les États-Unis pour ses études) avait été la sensation du White Open 2015, montant sur la troisième marche du podium grâce à des victoires sur Dani Pascual, Antoine-Camille Petrucci et Benoit De Mot. Pour lui, ce tournoi sera donc l’opportunité de quitter la France sur une bonne note.

Photo Présentation White Open 2016 3

Crédit photo : Paul Orlovic

Au petit jeu des pronostics, les deux noms les plus souvent cités sont logiquement ceux de Johan Bouquet et Vincent Droesbeke, respectivement n°7 et 11 français. Même s’il s’est retiré du circuit depuis plus de deux ans, le toulousain d’origine reste un compétiteur dans l’âme. Il confie régulièrement « ne pas vouloir abandonner (son) rêve, celui d’être un joueur de squash professionnel. Et ce n’est parce que j’ai dû arrêter – momentanément ou définitivement – de jouer au niveau international que je ne vais pas continuer à me battre et à me comporter en athlète. C’est une mentalité qui me sert dans ma vie (en toute humilité) : tenter d’être son propre héros, et continuer à s’entraîner comme un guerrier, pour progresser encore et toujours. » Bouquet profite donc de chaque opportunité (opens nationaux, championnat de France Élite, Interclubs en France ou en Belgique) pour disputer des matches de haut niveau. La recrudescence du nombre de tournois PSA en France lui permet même de revenir de temps en temps sur le circuit international grâce à des places de « local player. » Pour un joueur encore en activité, hériter de Bouquet au tirage au sort n’est généralement pas une bonne nouvelle … Comme il l’a prouvé par exemple en atteignant les demi-finales à Niort en octobre dernier.

Photo Présentation White Open 2016 4

Crédit photo : Paul Orlovic

Même s’ils sont très amis dans la vie, la trajectoire de Vincent Droesbeke est totalement différente de celle du parisien. Après des études qui l’ont conduit aux quatre coins du globe, l’élève de Julien Balbo ne s’est pas laissé abattre par une très grave blessure (rupture haute des tendons ischios-jambiers de la jambe droite en février 2015) et a décidé à 24 ans de se lancer dans une carrière de joueur professionnel. Des débuts très réussis, puisqu’il compte déjà à son actif trois quarts de finale et surtout une demi-finale à Angers début juin. « Évidemment, je suis très content de ce résultat, nous avait-il confié après cette performance, surtout que j’ai battu au passage trois joueurs classés devant moi en France. Est-ce que je suis devenu un vrai joueur professionnel grâce à ce tournoi ? Peut-être (rires). En tous les cas, c’était la première fois que je battais des joueurs confirmés depuis mes débuts. Jusqu’à maintenant, j’en avais accrochés certains, mais c’est tout. » Parmi ses victimes à Angers, on trouve d’ailleurs un certain … Johan Bouquet ! Si la plupart des autres joueurs sont actuellement en reprise voire encore en vacances, la saison de Vincent bat son plein, « mais c’est logique car la mienne n’a véritablement commencé qu’en avril, nous explique-t-il. Après le White Open, j’effectuerais une tournée en Australie avec 4 tournois. Mon objectif, c’est de rentrer dans le top 200 mondial (il est actuellement 289ème). Ensuite, je ferai un break fin août avant d’attaquer une grosse préparation en septembre. »

Photo Présentation White Open 2016 5

Crédit photo : Vincent Droesbeke

Même s’il tentera ce weekend d’inscrire son nom au palmarès du White Open pour sa première participation, le joueur de Challes-les-Eaux est loin d’être un inconnu pour les habitués du Club Oxygène : il a déjà remporté trois tournois à Saint-Germain-en-Laye.

LES OUTSIDERS

Même s’ils auront du mal à se mêler à la lutte pour le titre, ils sont quelques-uns – jeunes ou moins jeunes – à pouvoir jouer les troubles-fêtes ce weekend :

Vainqueur en 2009, 2011 et 2013, Jérôme Sérusier (n°14 français) a fêté ses 40 ans il y a quelques semaines. Le joueur de Montigny ne domine plus le squash francilien comme c’était le cas il y a quelques années, mais il indique « ne pas avoir l’impression d’avoir régressé, ce sont les autres qui ont progressé ! » Même s’il n’a remporté aucun tournoi en 2015-2016, il avait commencé sa saison sur une très bonne note : au championnat d’Europe +35 ans, il avait sorti la tête de série n°1, le néerlandais René Mijs (ancien membre du top 150 mondial) avant de terminer quatrième.

Photo Présentation White Open 2016 6

Crédit photo : Paul Orlovic

Blessé l’an dernier, il avait dû renoncer au White Open « la mort dans l’âme. » Après plusieurs podiums internationaux, Jean-Jacques Pineau (50 ans depuis quelques jours) a enfin connu la consécration en août dernier avec un titre de champion d’Europe en +45 ans, qui plus est contre son vieux rival Thierry Scianimanico. Le capitaine de Vincennes – 21ème au classement national – a encore démontré sa capacité à élever son niveau de jeu dans les grandes occasions, en battant deux joueurs professionnels (le belge Tiago Goriely et surtout l’anglais Mark Fuller) en Interclubs. Seule ombre au tableau, la malédiction continue pour JJP en championnat de France vétérans, avec une huitième défaite en finale contre Scianimanico en mai à Nîmes !

Photo Présentation White Open 2016 7

Crédit photo : Paul Orlovic

Quint Mandil (n°22) avait dû lui aussi déclarer forfait l’an passé. À 23 ans, le joueur du Jeu de Paume est moins présent sur les tournois mais reste un joueur très solide, en témoigne ses victoires sur Lucas Vauzelle, Jérôme Sérusier, Jean-Jacques Pineau, Maxime Moriamez, Benoit Demot et une certaine Camille Serme en critérium Île-de-France. De cinq ans son cadet, son frère Rohan (n°25) n’a pas totalement confirmé son excellente saison 2014-2015 mais a tout de même obtenu son premier podium européen en U19 (en Allemagne en mars). Pour lui, la grosse échéance de la saison à venir sera le championnat de France U19 en octobre, son dernier dans les catégories de jeunes.

SONY DSC

Crédit photo : Mickaël Le Bret

C’est un petit évènement qui s’est produit début juin au KillBall du WAM : après une série de 36 victoires consécutives, Guillaume Duquennoy a perdu un match (contre Antoine-Camille Petrucci) ! Depuis, le joueur de Louvigny a emmené son équipe en Nationale 3, puis terminé cinquième de l’open de Valenciennes. Avec certes une défaite en quart de finale mais dont il pourra tirer des enseignements positifs, puisqu’il n’est pas passé loin d’emmener loin Johan Bouquet dans un cinquième jeu. Champion de France 2ème série en mars, le nordiste d’origine est sans doute la plus grosse progression de la saison parmi les joueurs « non-professionnels ». Après s’être un peu égaré, il confirme enfin le potentiel entrevu dans les catégories de jeunes. « J’ai quelques regrets, nous avait-il confié après son titre à Bron, mais on ne peut pas revenir en arrière. Et je suis en grande partie fautif ! Tout le monde me disait que j’étais feignant, ce qui était vrai, donc à un moment j’ai décidé de me prendre en mains. À Louvigny, j’ai trouvé une certaine stabilité, professionnelle et personnelle, et forcément ça aide. J’ai commencé très tôt et j’avais des facilités techniques, mais j’ai mis longtemps à comprendre que ce n’était pas suffisant. Alors oui, j’ai peut-être perdu un peu de temps, mais ça me donne aussi une motivation supplémentaire. »

Photo Présentation White Open 2016 9

Crédit photo : Association Squash Louvigny

Demain, nous vous proposerons une projection sur les quarts de finale théoriques, ainsi qu’un petit coup d’œil au tournoi féminin.

Pour en savoir plus sur les joueurs

PORTRAIT JOHAN BOUQUET

ENTRETIEN VINCENT DROESBEKE

PORTRAIT JÉRÔME SERUSIER

SITE OFFICIEL CAMILLE SERME

SITE OFFICIEL LUCAS ROUSSELET

PORTRAIT JEAN-JACQUES PINEAU

PORTRAIT QUINT MANDIL

ENTRETIEN GUILLAUME DUQUENNOY

Enzo Corigliano en quarts

Publié le Mis à jour le

C’était le match attendu des huitièmes de finale. Le jeune Enzo Corigliano s’en est finalement sorti contre Lucas Vauzelle, ancien n°1 européen en juniors. Lucas menait pourtant 1 jeu à 0 et 10-9, mais 3 fautes directes de sa part permettaient au néo-calédonien d’égaliser. « Lucas, je savais que c’était clairement le joueur à éviter dans le tableau ! Donc j’étais soulagé de revenir à 1-1, à 2-0 ça aurait été compliqué même si c’est ma marque de fabrique de gagner en 5 en ce moment …  J’ai mis un coup d’accélérateur au début du 3ème, et il a commencé à baisser de pied physiquement. » Enzo s’impose finalement en 4 jeux. Il affrontera donc Lucas Serme en 1/4. « Je voulais vraiment arriver en 1/4, donc je suis satisfait, mais c’est clair que jouer Lucas, ça me fait chier (sic), car je sais que je n’ai aucune chance. Donc je n’ai pas d’autre objectif que de me faire plaisir, je sais que j’aurai deux bons matches demain. »

DSC08865Crédit photo : Paul Orlovic

Autres résultats qui viennent de tomber : grosse surprise avec la victoire du jeune cristolien Lucas Rousselet contre l’espagnol Dani Pascual (3 jeux à 1), à l’issue d’un match apparemment très tendu, et net succès de Yann Menegaux contre Adrien Grondin, 3 jeux à 0.

Matches en cours : Jérôme Sérusier / Josué Tresse, Benoit De Mot / Sohail Khan, Antoine-Camille Petrucci / Mathias Grondin et Johan Bouquet / Guillaume Duquennoy.

Seizième de finale terminés

Publié le Mis à jour le

Les seizièmes de finale viennent de s’achever. Un seul upset : on vous avait annoncé un match disputé entre les deux joueurs de Louvigny Guillaume Duquennoy et Nicolas Cardin, on n’a pas été déçus. Victoire de Guillaume en 4 jeux très accrochés, notamment le dernier où il menait 10-7 avant de finalement conclure 12-10.

 IMG_8755

Crédit photo : Paul Orlovic

Tableau mis à jour ci-dessous.

Capt_150627_134306_001Capt_150627_134306_002

Des chocs dès les 1/16ème …

Publié le Mis à jour le

Alors que les premiers matches commencent dès ce soir, petite projection sur les points chauds des 1/16ème de finale. Nous vous présenterons ce soir les 1/8ème de finale potentiels, un tour pendant lequel les spectateurs auront l’embarras du choix.

 

1/16ème de finale (samedi à partir de 10 heures) :

Nous avons retenu 3 matches qui, s’ils ont lieu bien sûr, devraient être particulièrement intéressants.

LE MATCH À SUIVRE

Mathias Grondin (Rouen, n°33 français) – Maxime Moriamez (Les Ulis, assimilé n°70)

Le jeune réunionnais a clairement passé un cap depuis son passage à Bristol, en témoigne son parcours aux qualifs 1ère série en janvier (victoires sur Jérôme Sérusier, Yann Ménégaux et Benjamin Aubert). Mais attention à Moriamez, ancien n°17 français et membre des équipes de France jeunes. La température probablement très élevée sur les courts devrait toutefois jouer en la faveur de Mathias Grondin.

Frédéric Chabrol  (Stade Français, n°55) – Stéphane Zaffran (Montigny, n°57)

Les confrontations entre les deux franciliens sont généralement serrées. Ils se sont partagés les victoires cette année en critérium, succès de Zaffran en 5 jeux en septembre et de Chabrol en 4 jeux en janvier.

Nicolas Cardin (Louvigny, n°52) – Guillaume Duquennoy (Louvigny, n°62)

IMG_3344Crédit photo : Marion Dessaint

Nul doute que les deux coéquipiers auront été un peu déçus en voyant le tableau définitif, eux qui se sont affrontés à de très nombreuses reprises cette saison. Nico avait le dessus en début de saison, mais Guillaume a inversé la tendance depuis quelques semaines. Il a remporté leurs trois matches les plus récents, le dernier en date dimanche dernier lors de la finale du Grand Prix d’Evreux. On voit bien ce match aller au bout des 5 jeux …

Des têtes d’affiche, mais pas que …

Publié le Mis à jour le

Depuis quelques semaines, nous vous avons présenté les têtes d’affiche du White Open, qui démarre demain soir sur les courts du Club Oxygène. Mais outre les joueurs classés 1ère série (qui ne sont plus que 11 depuis les forfaits de Mandil, Benoit, Favennec et Pineau), on dénombre quinze autres joueurs du top 100 ! Petit tour d’horizon.

Photos joueurs Crédits photo : ffsquash, squashpdl.fr, sitesquash.com, squash-contact.com, EAC Squash

Mathias Grondin

18 ans, n°33 français, n°437 mondial (n°88 européen en n°174 mondial en juniors)

Joue pour Rouen (Nationale 3), licencié au club du Tampon

Vice-champion de France U17 2013

Vice-champion d’Europe U17 par équipes 2013

Vice-champion d’Europe U15 par équipes 2011

 

Lucas Rousselet

18 ans, n°34 français (n°29 européen en n°84 mondial en juniors)

Joue pour Créteil (Nationale 1)

Vice-champion de France U17 2014

Vice-champion d’Europe U17 par équipes 2014

Vice-champion d’Europe U15 par équipes 2012

 

Josué Tresse

38 ans, n°39 français (meilleur classement 28 en 2011)

Joue pour Saint-Cloud (1ère division du critérium en Île-de-France)

Champion de Normandie 2ème série 2010 et 2011

 

Nicolas Cardin

26 ans, n°52 français (meilleur classement)

Joue pour Louvigny (Régionale 1)

Vice-champion de France par équipes Nationale 2 2013 (Bourges)

Champion de Normandie 2ème série 2015

 

Frédéric Chabrol

32 ans, n°55 français (meilleur classement 29 en 2012)

Joue pour le Stade Français (Nationale 2, 1ère division du critérium en Île-de-France)

Champion d’Île-de-France 2ème série 2014 et 2015

 

Stéphane Zaffran

44 ans, n°57 français (meilleur classement 55 en 2015)

Joue pour Montigny (1ère division du critérium en Île-de-France)

Champion de France 3ème série 2007

 

Guillaume Duquennoy

21 ans, n°62 français (meilleur classement)

Joue pour Louvigny (Régionale 1)

Vice-champion de France U13 2006

3ème de l’Open de France Junior U13 2006

 

Sylvain Sélérier

35 ans, n°63 français (meilleur classement 60 en 2015)

Joue pour Cygne Enghien (Nationale 3, 2ème division du critérium en Île-de-France)

 

Pierre Lombard

45 ans, n°68 français (meilleur classement 34 en 2012)

Joue pour le Stade Français (Nationale 2, 1ère division du critérium en Île-de-France)

3ème du championnat de France +45 ans 2015

 

Maxime Moriamez

26 ans, assimilé n°70 français (meilleur classement 17 en 2008)

Joue pour Les Ulis (2ème division du critérium en Île-de-France, monte en 1ère division)

Vice-champion de France U17 2005 et 2006

Sélectionné en équipe de France U17 et U19

 

Grégory Joneau

36 ans, n°70 français (meilleur classement 49 en 2013)

Joue pour le Jeu de Paume (1ère division du critérium en Île-de-France)

4ème du championnat de France +35 ans 2015

 

Alex Dupire

27 ans, n°77 français (meilleur classement 45 en 2009)

Joue pour Evreux (Nationale 2, monte en Nationale 1)

Vice-champion de France par équipes Nationale 2 2013 (Bourges) et 2015 (Evreux)

Champion de France Universitaire par équipes 2013

 

David Ferstler

46 ans, n°78 français (meilleur classement 22 en 2008)

Joue pour Vincennes (Nationale 1, descend en Nationale 2, 1ère division du critérium en Île-de-France)

Champion de France +45 ans 2014

 

Sébastien Marques

30 ans, n°84 français (meilleur classement)

Joue pour le PUC (1ère division du critérium en Île-de-France) licencié à Dumbea

 

Lionel Lains

36 ans, n°86 français (meilleur classement)

Joue pour Créteil (1ère division du critérium en Île-de-France)

 

Demain, nous vous présenterons le tableau féminin, ainsi que les affiches potentielles de samedi (1/16ème et surtout 1/8ème de finale). Vous aurez également droit à un petit bonus « fun » …